OLD TIME GENTLEMEN

Chapitre 6 - EUROPE

  La pluie martelait le sol qui ressemblait désormais à une gigantesque marre. Les pas rapides de Jason et Alexandra ne s'entendaient même pas à cause du tonnerre tonitruant. Le détective tenait toujours fermement la main de l'étudiante dans la sienne et courait en direction de ce qui se dessinait difficilement derrière le rideau d'eau : le Colisée.

  Alexandra aperçut furtivement une Jeep de couleur noire tourner à grande vitesse dans le virage menant au café, avant que Jason ne s'engouffre – et elle par la suite – dans le dédale de couloirs du grand Colisée. La jeune femme fut étonnée de ne pas voir plus de monde ; quelques rares personnes s'agglutinaient sous les minces arcades de la bâtisse ; et aucun vigile n'était à portée de vue.

  Finalement, Jason s'arrêta sur la partie du plateau encore en état et se colla contre la barrière, lâchant la main de l'étudiante. Il semblait chercher quelque chose au sol, plusieurs mètres plus bas. Alexandra le regardait s'affairer, ne se formalisant plus de la pluie glaciale qui faisait maintenant partie intégrante de son organisme tant elle était trempée.

  Alors qu'elle allait lui demander, en criant pour se faire entendre par-dessus le déluge, ce qu'il était en train de faire, elle le vit prendre appui sur la balustrade, sauter par-dessus et disparaître. Alexandra cria le nom du détective, se pliant en deux contre la grille pour tenter de l'apercevoir au fond de la fosse.

  Jason avait atterrit dans la mousse mouillée, et s'était bien rétamé. Mais, au mois, cela avait amorti sa chute. Le jeune homme leva la tête, portant sa main sur ses yeux pour empêcher les gouttes de pluie de l'aveugler.

 

  - Alex ! Viens ! Saute ! hurla-t-il pour essayer de se faire entendre.

  - Quoi ?! Non mais ça va pas ! Je vais me tuer ! Et pourquoi je ferais ça, d'abord ?!

  - Viens, je te dis ! Je te rattrape ! continua-t-il avant d'ajouter : On sera au sec, là-dessous !

 

  Alexandra hésita encore quelques instants avant de finalement se décider. Elle prit appui du mieux qu'elle put et passa une jambe de l'autre côté de la rambarde. Malheureusement, son pied glissa et elle bascula en arrière, dans le vide. Alors qu'elle s'attendait à rencontrer le sol froid et dur, elle atterrit dans deux bras musclés... mais froids et mouillés. Elle ouvrit ses yeux qui tombèrent sur le visage ruisselant de Jason affublé de ce sourire qui l'horripilait tant.

 

  - Je t'avais dit que je te rattraperai.

 

  La jeune femme se débattit pour qu'il la pose finalement au sol. Sans plus attendre, ils avancèrent tous deux dans les dédales des anciens couloirs du Colisée. Ils arrivèrent rapidement sous le plateau, à l'abri de la pluie. Tandis que Jason continuait son chemin, à tâtons, Alexandra prit le temps de s'arrêter pour essorer ses cheveux aux reflets caramel avant de les natter dans son dos. Elle ne pouvait malheureusement rien faire à propos de ses vêtements qu'elle essorait tant bien que mal ; et surtout de ses chaussures qui faisaient un très désagréable bruit à chacun de ses pas.

 

  - Alex ! Tu viens ? Tu vas te perdre, sinon.

 

  La demoiselle lui lança un regard noir qu'il reçut avec un sourire. Il l'avait trainée sous une pluie diluvienne, l'avait fait sauter – ou plutôt tomber – par-dessus une balustrade pour atterrir dans un amas de mousse et de boue. Et tout cela sans aucune raison apparente ; et illégalement. Elle était persuadée qu'ils n'avaient aucun droit à se trouver actuellement sous le Colisée.

  Jason s'enfonçait de plus en plus dans les méandres de roche suintante d'humidité et de moisissures. Certes, ils n'étaient plus à la merci du déluge, mais ils n'étaient pas forcément mieux lotis. Alexandra était sur le point de donner son point de vue au détective lorsqu'elle s'aperçut qu'il n'était plus dans son champ de vision. Elle s'engagea alors à pas rapides là où elle pensait l'avoir vu disparaître.

 

  - Jason ! Oi, Jason ! Déjà, tu pourrais m'attendre ! Et ensuite, j'ai deux mots à te dire ! Tu pourrais au moins m'expliquer ce que tu fais, là ! Je crois pas qu'on ait le droit d'être ici, et puis d'ailleurs, pourquoi on est ici ? Oi ! Jason ! 

 

  Sa voix ne porta pas bien loin et elle douta que Jason l'ait entendue. Elle continuait toutefois d'avancer, essayant de ne pas glisser. Bientôt, elle eut besoin d'allumer la lampe torche de son téléphone pour s'éclairer. Alex commençait un peu à paniquer ; cela devait bien faire cinq bonnes minutes qu'elle avançait à l'aveuglette et n'avait toujours pas retrouver Jason. Pouvait-il vraiment s'être avancer si profondément dans les entrailles du monument ? Si c'était le cas, il devait les connaître comme sa poche.

 

  - Saloperie, tu vas... Putain, mais...

 

  Alexandra reconnut la voix de jeune homme qui lui parvenait faiblement aux oreilles. Elle la suivit et déboucha sur une pièce oblongue et plus basse de plafond que le reste des couloirs. Elle porta sa lampe sur les murs et aperçut finalement Jason, accroupi à quelques mètres d'elle, s'acharnant sur le mur. Il était entouré de mousse qu'il avait vraisemblablement arraché des pierres. Alexandra s'approcha de lui, portant sa lampe sur les mains meurtries du jeune homme.

 

  - Jason, mais qu'est-ce que tu fais... murmura-t-elle en observant la scène.

 

  Mais il ne répondit pas. Il enfonçait ses doigts dans les interstices délimitant une pierre de taille convenable. Espérait-il l'enlever de cette manière ? Et sans que le mur ne s'écroule en plus ? Alexandra perdit patience et balança son pied qui atterrit plus ou moins violemment dans les côtes du garçon. Celui-ci se retrouva assis par terre, le dos contre le mur et ses yeux verts fixés sur elle. Son expression était indéchiffrable ; on pouvait y lire une once d'énervement, quelques traits d'impatience mais surtout de l'appréhension.

 

  - Alex ! C'est toi... soupira-t-il en se remettant à genoux, en face du mur, repositionnant ses doigts. Par pur hasard, t'aurais pas une lime à ongles ?

  - Pourquoi j'aurais une lime à ongles ?

  - Parce que t'es une fille ?

 

  La jeune femme ne répondit pas, se contentant de soupirer et de secouer la tête de lassitude. Plus le temps passait, plus sa colère se calmait pour laisser place à une large inquiétude mélangée à de l'agacement.

 

  - T'essaie de faire quoi, là ? demanda-t-elle en s'agenouillant à côté de lui. Ca bougera pas, ça tient debout depuis des millénaires...

 

  Alors qu'Alexandra terminait sa phrase en posant sa main sur celles ensanglantées de Jason, la pierre se disloqua toute seule et atterrit sur le sol, juste devant eux. A l'intérieur de la cavité que cela avait créé se trouvait une boite scellée de marbre blanc aux sculptures arabesques.