OLD TIME GENTLEMEN

Chapitre 22 - ASIE

  Les trois garçons étaient désormais torses-nus, sous les regards tantôt dépités tantôt amusés des demoiselles et de Pietro. On pouvait alors très facilement détailler les cicatrices que chacune avait pu remarquer sur le corps des hommes qu'elles côtoyaient : une large plaie aux reflets bleus fendait le cou de Robin, au niveau de la carotide, une autre zébrait l'épaule de Jason et Nathanaël la portait sur son avant-bras, tel un serpent des mers. Il n'en fallait pas plus aux jeunes femmes pour comprendre que ces cicatrices n'étaient pas le fruit de chutes ou d'accident comme ils avaient pu autrefois le déclarer. Il s'agissait simplement des stigmates du tout premier rituel.

  Alexandra, Dorothée et Rebecca regardèrent la scène en silence. Tandis que l'intérieur de Notre-Dame était d'un calme effrayant, les éléments semblaient se déchaîner à l'extérieur, faisant vibrer les grands vitraux multicolores. Nathanaël fut le premier à prendre la pierre de l'Île de Pâques entre ses doigts et la fit lentement glisser le long de son avant-bras, rouvrant la scarification bleutée. Il ne fit qu'une légère entaille qui suffit à déverser un liquide épais et surtout, à la surprise mitigée des spectatrices, bleue. Il avança son bras au-dessus de la coupe et laissa tomber trois petites gouttes de son sang bleu.

  Rebecca regardait la scène avec de grands yeux stupéfaits. Elle ne savait pas comment réagir, elle ne savait plus. Ces dernières heures avaient été tellement pleines de rebondissements qu'elle n'avait pas eu le temps de penser ou de comprendre véritablement ce qu'il se déroulait devant ses yeux. Mais là, maintenant, alors que Nathanaël - l'homme qu'elle pensait connaître si bien de par ses nombreuses recherches à son propos, était en train de se scarifier pour rendre au monde un semblant de sens... elle n'était plus bien sûre de rien.

  C'était comme si elle voyait la scène au ralenti. Le vent claquait contre les vitraux, le son se répercutait sur les murs de pierres suintantes de la cathédrale Notre-Dame. Elle ne pouvait pas détacher ses prunelles vertes des gouttelettes de sang qui ruisselaient le long du bras aux muscles bandés du milliardaire ; ces petites perles bleues qui tremblaient face au vide mais qui, entraînées par le poids des souvenirs, se laissaient tomber pour s'écraser au fond de la coupelle dorée. A cause du manque de luminosité, la sève bleutée stagnante au fond de la coupe faisait l'effet d'un marc de café oublié.

  Nathanaël posa la paume de sa main sur la plaie après avoir passé le couteau à Jason. Ce dernier porta le morceau de roche ébène sur son épaule. D'un geste vif, il rouvrit une blessure qui, si elle ne gicla pas de sang, colora son bras d'une teinte céruléenne en longues coulées épaisses.

 

  - Tu vas réussir à te tuer à ce train-là, lâcha Alexandra qui portait ses bras croisés contre elle, manifestement pas sereine face à cette scène.

  - Nah, on est en froid, la Mort et moi... répondit calmement le jeune homme en tendant son bras ensanglanté vers la coupelle.

 

  Tout comme Nate, trois gouttes du liquide bleu allèrent s'écraser au fond de la coupelle, se mixant au sang du précédent. A l'extérieur, le vent redoubla d'intensité. Rebecca et ses comparses n'osaient pas imaginer quel pouvait être l'état du monde à l'heure actuelle. Si tout ce que les garçons leur avaient raconté - et jusqu'à présent ça l'était, la magie suivait son instinct et cherchait à tout prix à arrêter ce qu'ils étaient en train de faire. Les portes de la cathédrale s'ouvrirent dans un fracas retentissant. Les trois jeunes femmes se réfugièrent entre deux bancs de bois scellés au sol pour ne pas décoller à cause de la violence du vent.

  Sans plus d'hésitation, Jason donna la pierre à Robin qui fit glisser la lame contre son cou, au niveau même de la carotide. Rebecca put sentir près d'elle le corps de Dorothée secoué d'appréhension. Même si elles étaient au courant de leur immortalité, il n'était pas facile de voir quelqu'un de proche se scarifier volontairement.

  Les trois demoiselles fermèrent les yeux alors que des projectiles entraient maintenant dans la cathédrale. Elles se recroquevillèrent sous les bancs tandis que Robin recueillait de son sang bleu sur ses doigts pour le déverser dans la coupelle. Alors que tous s'attendaient à ce que le silence et le calme reprennent le pas sur le chaos, la terre se mit à violemment trembler et les cris des garçons se répercutèrent sur les murs avant de disparaître vers le ciel.