OLD TIME GENTLEMEN

Chapitre 18 - EUROPE

  Alexandra et Jason avaient trouvé un endroit où dormir à deux pas de la gare. Ils s'étaient reposés à peine quelques heures et se retrouvaient sur le quai, plus calme, pour prendre un TGV en direction de Paris. Quatre heures plus tard, ils se retrouvaient Gare de Lyon. Ils s'étaient immédiatement rendus à la cathédrale Notre-Dame à l'aide d'un taxi trouvé par miracle. Les rues parisiennes étaient particulièrement vides. Ils furent mis au courant par leur chauffeur que plusieurs effondrements de terrain sur toute la ville ainsi que dans quelques arrondissements avaient eu lieu la veille et que les gens étaient particulièrement réticents à sortir de chez eux.

  Les deux jeunes gens avaient réussi à rejoindre Notre-Dame mais ils n'eurent pas le temps de passer les lourdes portes ; la main de Jason tenait la poignée lorsqu'une décharge l'emmena valser à plusieurs mètres sur la place.

 

  - Jason ! s'écria Alexandra en se ruant vers lui.

  - Putain mais... c'est quoi encore ce bordel ! grogna le jeune détective en se redressant.

  - Ca va...?

  - Ouais, ouais. Les avantages d'être immortels, souffla-t-il en s'asseyant à même le sol, vérifiant l'intérieur du sac où se trouvait la boite. Elle est toujours fermée. Dommage, ça aurait été cool que ça l'ouvre.

  - Pourquoi la porte est électrifiée comme ça ? s'interrogea Alexandra en regardant le somptueux bâtiment qui semblait étrangement abandonné.

  - J'en ai aucune idée mais je sens que c'est vraiment pas une bonne nouvelle. On a besoin d'entrer pour faire le rituel. J'espère que Nate ou Roby aura une idée parce que sinon...

  - Jason, qu'est-ce que tu fous ? se moqua une voix masculine derrière eux. T'as peur de rentrer tout seul ?

 

  L'interpellé se releva rapidement et se retrouva face à la haute stature d'un homme qui connaissait maintenant depuis ce qui s'apparentait à une éternité. Les deux se jugèrent du regard pendant une longue - très longue - minutes, un sourire en coin étirant chacun leur visage.

 

  - T'as pas réussi à te départir de ta tête de premier de la classe, à ce que je vois !

  - J'suis content de te voir aussi, Jason, répondit Nathanaël dans un rire, s'approchant du jeune homme pour une embrassade chaleureuse mais brève. Qui est cette délicieuse demoiselle qui t'accompagne ?

 

  Nathanaël aida Alexandra à se lever de sa position accroupie avant de déposer un léger baiser sur le dos de sa main. La jeune femme fut légèrement étonnée d'une attitude si galante qui la changeait beaucoup de celle de Jason.

 

  - Bat les pattes Bill Gates, lâcha Jason en se mettant clairement entre les deux. Tu n'es pas seul non plus à ce que je vois...

  - Ah oui ! Jason, je te présente Rebecca André. Une excellente journaliste qui m'a pris pour sujet d'investigation... Reby, voici Jason Terrence l'un des deux idiots qui me servent de compagnons de voyage temporel et...

  - Alexandra. Alexandra Cordelier, sourit doucement l'étudiante, sensiblement mal à l'aise.

  - Elle te suit pour un article ? Qu'est-ce qu'on peut bien vouloir écrire sur toi ?

  - Reby pense que je suis à l'origine de cambriolages magistralement organisés ces dernières années un peu partout dans le monde...

  - Demoiselle très perspicace que tu as là, Nate.

 

  La conversation des garçons s'arrêta là ; le ciel se couvrit de gros nuages sombres et une épaisse brume fit son apparition autour de la place de la cathédrale. Ce fut à ce moment qu'une moto dérapa à quelques mètres d'eux, les manquant de peu. D'une même voix, Nathanaël et Jason s'étonnèrent.

 

  - Roby !

  - Je vous ai déjà dit de pas m'appeler comme ça, grogna-t-il en stabilisant la moto. Pourquoi vous êtes dehors ? Je croyais que vous arriveriez plus tôt que ça...

  - Le train a été arrêté pendant plus de deux heures en rase campagne, déclara Alexandra.

  - Notre avion a eu du retard au décollage. Trop de neige, déclara Nathanaël. Mais on est tous là !

  - Sauf qu'on peut pas entrer dans Notre-Dame. La porte est électrifiée, ajouta Jason. J'ai volé sur dix mètres quand j'ai essayé de l'ouvrir.

  - Et on est un peu encerclés par de grosses voitures noires menaçantes... soupira Dorothée.

© 2020 by Maderose. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now