OLD TIME GENTLEMEN

Chapitre 15 - EUROPE

  L'annonce au micro venait d'indiquer que le train arriverait en gare de Marseille avec une dizaine de minutes de retard, réveillant les deux endormis. Il était proche de deux heures du matin, le trajet avait duré plus de dix heures et avait été particulièrement éprouvant.

  Alexandra avait posé des questions à Jason qui avait fait son possible pour y répondre. Rapidement, l'étudiante en Histoire avait orienté ses interrogations sur des grandes et moins grandes périodes historiques. Elle espérait en grande partie trouver une faille dans l'histoire rocambolesque de Jason. Mais rien n'y faisait ; il avait toujours réponse à tout et plus ils en parlaient, plus tout cela paraissait crédible.

  Réveillée, Alexandra se tourna vers Jason qui vérifiait le contenu du sac à dos ; la boite y était bien toujours.

 

  - Et pourquoi on va à Marseille ? demanda-t-elle finalement.

  - C'est qu'une escale ; on va à Paris.

  - Et... pourquoi on va à Paris ?

  - Comme je t'ai dit, les évènements magiques sont anormalement violents. Et on ne connait qu'une seule manière de les calmer ; il faut qu'on fasse un scellé dans l'une des villes qui a un passé légendaire et mythologique important.

  - Paris ? Pourquoi pas Rome ou Athènes ? Elles ont plus d'histoires que Paris.

  - C'est vrai, mais c'est à Paris qu'a été fait le premier scellé. Celui qui nous a donné l'immortalité. Plus précisément, à l'emplacement de Notre-Dame. C'était pas encore Notre-Dame à l'époque.

  - D'accord... je comprends. Mais on est pas rendu. Tu peux pas faire apparaître un jet pour qu'on aille plus vite ? Parce que si on y va en train... ça va encore prendre au moins 3 heures de rallier Paris. Et encore, s'il n'y a pas de problèmes sur la ligne. Tu connais la SNCF...

  - C'est vrai que c'est un risque. Mais ma condition d'immortel ne me permet pas d'utiliser la magie. Toi, tu devrais pouvoir, par contre...

  - Moi ? T'es sérieux ?

  - Bien sûr ; ça dépend de ton niveau d'imagination. Je me fais pas trop de soucis là-dessus. Après, pour le moment, n'importe qui peut utiliser la magie de manière aléatoire et globale. Techniquement, au fur et à mesure, les personnalités vont faire que la magie se spécialisera selon les gens.

  - Mh... t'en connais un rayon, quand même.

  - J'en suis à ma quatrième Apocalypse... enfin, changement de cycle... c'est la routine maintenant.

 

  Sur ces mots, le train arriva en gare de Marseille. Les très rares passagers descendirent des wagons. Jason et Alexandra se retrouvèrent sur le quai de la gare. Heureusement, la pluie ne semblait pas aussi intense sur les terres françaises et une simple petite bruine tombait du ciel. Les deux jeunes gens s'engouffrèrent dans la gare afin de déterminer quel train ils pourraient prendre pour rejoindre Paris.

  Le hall d'entrée était noir de monde ; la tension était palpable. Une quelconque catastrophe devait certainement avoir eu lieu mais Jason et Alex n'avaient pas le temps de s'attarder là-dessus. Le panneau des départs ne fonctionnait pas et il semblait impossible de trouver quelqu'un pour les renseigner dans cette cohue. Les pauvres agents devaient être surbookés et demandés de partout.

  Jason ajusta le sac à dos sur son épaule en grognant. Ils ne pourraient pas utiliser les moyens de transport habituels. Et il ne se voyait pas prendre une voiture ; le trajet serait beaucoup trop long. Ils n'avaient pas le temps pour ça. Prenant la main d'Alexandra dans la sienne, il se dirigea vers la sortie. Une fois dehors, ils comprirent tous deux rapidement pourquoi la panique était palpable au sein de la ville portuaire.

 

  - Euh... commença Alexandra en regardant à l'horizon. C'est Cthulhu ?

  - Hm, ouais. Un fan de Lovecraft a surement compris comment ça marchait. C'est de ça qu'on a un peu peur. Si on gère pas le truc, ça va rapidement devenir intenable.

  - Parce que ça l'est pas déjà ?

  - Fais chier, faudrait que je vois pour contacter Nate ou Roby pour savoir où ils sont... je sais pas pourquoi je sens qu'ils sont à l'autre bout du monde...

 

  Sur ces mots, le téléphone portable d'Alexandra se mit à sonner dans sa poche de veste. Elle le sortit en fronçant les sourcils. Le numéro inscrit lui était inconnu et il semblait que celui-ci provienne de l'étranger. Elle décida toutefois de répondre. A l'autre bout du fil, malgré le grésillement de la ligne, elle reconnut une voix masculine. Pour mieux entendre, elle mit le haut-parleur.

 

  - Allô ? Allô ?

  - Oui ? Qui est-ce ?

  - Bonjour... je cherche à joindre Jason Terrence... ? Oi, Dora, t'as fait n'importe quoi, je tombe pas sur Jas...

  - Robin ? s'interrogea Jason en se retournant vers la jeune femme, s'approchant du téléphone dans sa main.

  - Enfin j'arrive à t'avoir ! T'es chiant à trouver !

  - Moi aussi j'suis content de t'entendre, ironisa Jason. T'es où ?

  - Quelque part au-dessus de l'Atlantique. Dora a réussi à faire fonctionner son portable dans l'avion ; elle est pleine de surprises ! J'essaie de joindre Nate mais impossible. Tu sais pas où il est allé se fourrer par hasard ?

  - Aucune idée ! Il était aux Philippines pour le Nouvel An... mais alors il bouge tellement. Un peu comme toi ; tu décolles d'où ? Et c'est qui Dora ?

  - Île de Pâques. Pour une fois que l'Apocalypse se déclenche quand l'un de nous est pas loin d'une Relique... Tu vas bien sur Paris, hein ? Faut qu'on fasse le scellé ; tu pourrais pas passer par...

  - J'ai la coupe, détends-toi. Je suis à Marseille, on va se reposer avec Alex, j'pense. Ça a l'air tendu pour chopper un train pour le moment. J'essaie d'être à Paris dans la matinée. Tu atterris à quelle heure ?

  - Heure locale ? J'en sais trop rien... dit-il avant qu'une voix féminine n'ajoute quelque chose derrière lui. Vers quatorze heures !

  - Ok ; je verrais pour qu'on puisse accéder à Notre-Dame.

  - Parfait, j'essaie de joindre Nate. On se voit plus tard. Oh, si tu peux essayer de chopper des infos sur Pietro. Je sais pas si on n'aura pas besoin de lui. Juste au cas où...

 

  Sur ces mots, Jason raccrocha en appuyant sur l'écran allumé, soupirant. Alexandra se douta qu'il était un peu soulagé d'avoir pu discuter avec l'un des autres... immortels. Il semblait en route pour Paris également. Alexandra ne savait pas trop dans quoi elle s'était fourrée mais ça semblait loin d'être terminé.

© 2020 by Maderose. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now