OLD TIME GENTLEMEN

Chapitre 13 - ASIE

  - Donc l'image de Moscou avec les dinosaures n'était pas photoshopée...

  - Non, elle ne l'était pas.

  - Et tu... tu es vieux de presque six mille ans ?

  - Oui, c'est ça.

  - Désolée, Nate. Je veux bien croire tout ce que tu veux. A la fin du monde, à la magie, à tout. Mais pas à ta prétendue immortalité.... Tu ne peux pas être aussi vieux, désolée !

  - Et pourquoi pas ? J'ai des preuves si tu veux. Chez moi, par contre. J'ai un bijou d'Egypte antique, j'ai un parchemin Turc assez rare... j'ai aussi une fresque indo-américaine tout à fait magnifique. Elle orne mon mur de salon.

  - Quoi ?

  - Ecoute. Là, dans l'immédiat, l'important n'est pas que tu me croies ou pas. On pourra en discuter quand tout sera revenu à la normal.

  - A la normal ? Comment quoi que ce soit pourrait revenir à la normale alors qu'il y a des foutus dinosaures à Moscou, que l'Europe est sous une pluie diluvienne et que...

  - Reby. Tout ceci est normal, ne t'en fait pas. Juste... écoute-moi, s'il te plait.

 

  La jeune femme se tut. Cela faisait déjà deux heures qu'ils roulaient en direction de Tokyo. Nathanaël avait profité de ce moment de répit pour répondre assez succinctement pour le moment aux questions de la journaliste. Il n'y avait bien qu'une chose qu'il ne lui avait pas dite : s'il était bel et bien l'auteur des cambriolages dont elle l'accusait... ou non. Il gardait ce petit secret pour lui.

 

  - Tu es familière avec la notion de cycle, non ? Les saisons, le temps... tout est une question de cycle. Parfois, ce sont des cycles culturels comme la découpe du temps en années, en jours, en heures ou en minutes... parfois, ce sont des cycles naturelles comme les saisons par exemple ; ou l'alternance entre le jour et la nuit...

  - Oui, je vois le principe.

  - Eh bien, le cycle qui démarre aujourd'hui... ou qui se termine, c'est une question de point de vue... revient tous les deux mille ans.

  - Et c'est un cycle qui change... quoi ? Exactement ?

  - A ton avis ? Tu as réussi à changer un vieux tas de ferraille en Lamborghini... rien qu'en l'imaginant. Il n'y a pas quinze mille manières de faire ça.

  - La... la magie ? Attends, la magie ça n'existe que dans les livres... non ?

 

  Nathanaël jeta un rapide coup d'œil à la jeune femme qui le regardait en attendant sa réponse. Mais elle la connaissait déjà. Rien d'autre ne pouvait décemment expliquer qu'une épave se transforme en bolide de course. Si ce n'était une forme de magie ; ou la volonté d'un Dieu quelconque. Mais Rebecca n'était pas tellement croyante. Elle préféra alors, avec beaucoup d'appréhension toutefois, se ranger du côté de la magie.

 

  - Ma condition ne me permet pas de l'utiliser, continua Nathanaël. Mais toutes les autres personnes de cette planète sont capables d'en user. Avec plus ou moins de facilité selon leur capacité à l'appréhender. C'est pour cela que c'est souvent le chaos au début du cycle... les enfants sont imprévisibles.

  - Donc... tu es en train de me dire que si l'Ecosse est en proie à une révolte des papillons... c'est à cause d'un enfant ?

  - L'imagination des plus jeunes est compliquée à comprendre. Mais oui, c'est ça. Sachant qu'ils ne le contrôlent pas forcément. Et c'est pas plus mal. Dès que tout le monde aura dépassé le stade de la compréhension et de l'acceptation, tout va devenir normal et les choses iront mieux.... Mais ce n'est pas ça qui m'inquiète.

  - C'est quoi alors ?

  - La magie infantile qui génère des catastrophes atypiques, c'est normal... ce qui n'est pas normal, c'est la puissance et l'ampleur que cela prend.

  - Comment ça ?

  - Ca dure depuis trop longtemps ; et avec beaucoup trop d'intensité. Et ça devrait être beaucoup plus local. La magie aurait dû être appréhendée il y a plusieurs jours maintenant. Mais je ne crois pas que ce soit lié aux personnes... mais plutôt à la magie elle-même ?

  - Comment ça ? interrogea-t-elle, ne comprenant pas.

  - La magie a toujours fait partie de l'essence terrestre mais elle est en sommeil pendant deux mille ans ; cela veut dire que ses habitants ignorent son existence pendant très longtemps. Même si des personnes alors considérées comme folles essaient de faire croire le contraire. Et à cause de cette ignorance, les Hommes vont créer des choses de... logique, si on peut dire. Comme...

  - Comme les sciences ? Ou les technologies ? Des éléments qui vont aller réfuter complètement l'existence d'une quelconque forme de magie inexplicable... mais je vois pas en quoi ça influencerait le renouvellement du cycle.

  - Ce n'est qu'une hypothèse mais je pense que ces technologies ont pris tellement de place au fil des siècles qu'elles sont devenues une sorte d'anti-magie. Et que pour revivre, comme l'y oblige le cycle, la magie doive combattre...

 

  Les sourcils de Rebecca se froncèrent sous l'effet de la réflexion. Elle devait assimilé beaucoup de choses en peu de temps. Bien qu'elle soit quelqu'un ayant l'esprit assez ouvert, il y avait des limites à ce qu'elle pouvait accepter les yeux fermés. Cette histoire d'immortalité, on en reparlerait ; elle n'était certainement pas convaincue. Mais cette notion de magie, par contre, elle ne pouvait pas nier qu'il s'agissait, étonnamment, de l'explication la plus rationnelle.

 

  - La magie serait douée de volonté en plus ?

  - Pas vraiment, non. Imagine plutôt... un sentiment de colère. Quand quelque chose t'énerve profondément. Tu as beau essayé de mettre une multitude de barrières, de brûler le souvenir qui te met dans cet état, cela n'aura aucun incidence sur le fait que ton sentiment est profond et a besoin d'être extériorisé. C'est le même principe. Plus ou moins.

  - Ouais... ok...

  - Et dans cet état, c'est incontrôlable.

  - Il y a un moyen de reprendre le contrôle ?

  - On en a un oui. Il faut juste qu'on soit tous là...

  - Tous ?

  - Ouais... Jason, moi... et Roby.