L'HABIT NE FAIT PAS LE PONEY

Chapitre 7 - The British Theory

AURORA.

  Le corps de Kevin gisait sur le sol carrelé de l’étroite salle d’eau. Non, il n’était pas mort. Enfin, pas complètement. Il était juste totalement saoul et surtout très trempé. La pression de l’eau chez Joey était vraiment parfaite. Du moins, parfaite pour dessaouler un pseudo-adulte à la descente un peu trop rapide pour son gabarit.

  Kevin émit un gémissement, tournant son visage vers le carrelage blanc tandis que le pommeau de douche se balançait au bout de mes doigts. Dans une lenteur agonisante, il se redressa progressivement. D’abord à quatre pattes, puis assis sur ses talons. Il leva son visage blafard et ses yeux vitreux vers moi.

  — J’aime pas les éclairs au chocolat.

  — D’accord…

  — Non mais j’aime vraiment pas ça, hein.

  L’étudiant me regardait avec ses yeux bruns cachés derrière quelques mèches de cheveux d’un roux presque rouge. Il ressemblait un peu à Rox bébé, du dessin animé Rox et Rouky ? Il en était presque attachant. Presque, parce qu’il n’en restait pas moins un étudiant d’à peine 21 ans dont la moelle osseuse était probablement imbibée d’alcool.

  — Je me fiche de tes goûts en matière de pâtisserie, Kevin. J’aimerais que tu te reprennes, un peu. Tu sais dans quelle position tu mets Asia ?

  — T’es pas pâtissière ?

  — Kevin, soufflai-je lentement en me pinçant l’arrête du nez pour tenter de ne pas m’énerver. Je suis en train de rater l’une des dernières soirées que je peux passer avec mon petit ami qui vit habituellement de l’autre côté de l’océan Atlantique, tout ça parce que tu n’es pas capable de te comporter en adulte.

  Je pris une pause, posai le pommeau de la douche à son emplacement réservé et me penchai à peine pour rapprocher mon visage de celui de Kevin. Ce dernier me regardait avec défi, il n’avait pas peur de moi. C’était compréhensible, je ne faisais pas spécialement peur d’extérieur. Je n’étais pas très grande, assez menue et ma passion pour les années 50 me donnait un air candide qui m’avait à la fois porté préjudice mais m’avait aussi beaucoup aidé. Les gens avaient tendance à me sous-estimer. Très mauvaise idée.

  — Ce qu’il va se passer maintenant va être très simple, d’accord ? sussurai-je à Kevin. Sur le bord du lavabo, tu trouveras des vêtements que Finn te prête. Tu vas les enfiler, sécher tes cheveux. Tu vas ensuite sortir d’ici et aller t’excuser auprès d’Asia, de Louis, Zack et de Finn pour ton comportement. Et pendant tout le reste de la soirée, tu ne vas pas boire une seule goutte d’alcool, c’est compris ?

  Kevin réussit à tenir mon regard pendant une seconde et demie avant de comprendre que non, je ne baisserais pas les yeux la première. J’avais toujours été très douée au jeu de celui qui garderait les yeux ouverts le plus longtemps. Un talent inutile en apparence, mais lorsqu’on avait à intimider des adultes pré-pubères, il devenait vital.

  Asia m’avait souvent fait remarquer que j’aurais pu devenir directrice d’établissement scolaire. Mais aussi mesquine et autoritaire que je puisse être, ce n’était pas la partie de ma personnalité que j’aimais le plus faire voir au monde.

  L’étudiant baissa la tête et marmonna une vague excuse et un “oui madame” qui, je mentirais si je disais le contraire, était assez jouissif. Je tournai sur mes talons et sortis de la salle de bain, fermant la porte derrière moi.

 

  Mon regard s’attarda sur chaque groupe d’invités et la piste de danse improvisée, personne ne me remarqua. Je pris le temps d’une longue inspiration pour vérifier les situations de chacun.

  Rauxan et Asia dansaient, avec Zack, comme des possédés sur une chanson dont je ne comprenais pas un traître mot. Sûrement une chanson française. Zack et Rauxan étant tous les deux français et Asia quadrilingue, il n’y avait qu’eux pour se déchaîner sur une chanson inconnue sur nos côtes américaines.

  Paolina avait réussi à faire sortir de la chambre non seulement Roxie mais aussi Joey qui se tenait au bras de notre chère avocate comme si sa vie en dépendait. Ce qui était assez compréhensible. Joey n’était pas quelqu’un de sociable, c’est ce qui faisait son charme ; elle était toute maladroite et timide alors qu’elle avait une personnalité épatante. A l’heure actuelle, elle devait faire preuve d’un self control exceptionnel pour ne pas s’enfuir en courant. À part Paolina, et un petit peu Candace, elle n’était entourée que de personnes qu’elle ne connaissait pas et qui l’intimidaient. Je me dirigeai vers eux.

  — Kevin est vivant ? me demanda Paolina en me voyant approcher.

  — Tout juste, lui répondis-je dans un sourire.

  — Il a fait quoi exactement ? demanda Joey alors que je me plaçais à côté d’elle, reprenant mon verre que Henry avait gardé pour moi.

  — Il est monté sur le bar, répondit ce dernier en montrant du doigt le petit morceau de meuble haut séparant la cuisine du salon. Je ne sais pas comment ça ne s'est pas effondré sous son poids, à vrai dire. Il gigotait comme un dément, son verre à la main. Et à un moment il a vu Whiskey ?

  — Ca aurait pu être touchant s’il ne s’était pas vautré en voulant descendre, ajouta Angie.

  — Je ne comprends pas, déclara Candace, fronçant ses sourcils bruns sur son visage de poupée. Kevin est qui par rapport à Asia ?

  — Son étudiant.

  Lina, Joey et moi, ayant répondu d’une même voix, échangeâmes un regard complice.

  — Elle est prof ?

  — Conseillère-psy, répondit Joey. Kevin est amoureux d’elle depuis… trois ans, j’crois ?

  — C’est ça, acquiesçai-je.

  — Et c’est un boulet, ajouta Paolina. Il est où d’ailleurs ?

  La jolie italienne tourna la tête, faisant valser ses boucles brunes derrière son épaule, pour embrasser la pièce du regard. Je l’imitai pour vérifier que l’étudiant faisait ce que je lui avais demandé. Et c'était bien le cas.

  Il venait juste de sortir de la salle de bain, et se dirigeait vers le trio dansant qu'étaient Zack, Asia et Rauxan. Nous étions trop loin - et la musique était trop forte - pour entendre ce qu'il leur disait, mais je devinais aux expressions de Whiskey qu'il était bien en train de se confondre en excuses. Parfait. Cette dernière finit par lui sourire, et ébouriffer ses cheveux encore à moitié mouillés. Il s'en sortait bien ; et s'il avait un peu de chance, il ne s'en souviendrait même pas demain. Je savais qu'Asia ne le lui rappellerait pas.

  — Dawnie, tu lui as fait quoi à ce pauvre garçon ? Il te jette des coups d'oeil craintifs toutes les dix minutes, me demanda Henry, un léger sourire sur les lèvres.

  — Il ne faut surtout pas sous-estimer notre Aury, répondit Paolina en riant.

  — Elle est plus Wonder Woman que Belle au Bois Dormant, ajouta Joey. Mais blonde.

  — Me voilà prévenu, je vais éviter de te mettre en colère...

  Je tirai la langue à mes deux meilleures amies tandis que Henry passait un bras autour de ma taille et déposait un baiser sur ma tempe.

  Il allait vraiment me manquer. Je savais bien que je ne devais pas y penser, j'avais encore quelques heures à passer avec lui avant qu'il ne parte pour Palo Alto. Et peut-être un jour ou deux après son séminaire, avant qu'il ne reparte pour Londres. Je devais me concentrer là dessus mais je n'arrivais pas à faire abstraction des milliers de kilomètres qui allaient nous séparer, bien plus tôt que je ne le souhaiterais.

  — Et du coup... commença Angie, nous regardant tour à tour. Vous vous connaissez comment, tous, exactement ? Je sais que Joey vit avec les garçons...

  Je vis du coin de l'oeil le visage de Joey rougir à vitesse grand V ; heureusement que la lumière n'était pas très forte. Je lui laissais quelques secondes, le temps de voir si elle avait la force de prendre son courage à deux mains pour répondre à Angie.

  — Euh... Paolina et Aurora sont des amies... de très bonnes amies, commença la jolie métisse. Comme, euh... Comme Whiskey et Rauxan.

  Joey se tourna légèrement vers la piste de danse pour les indiquer du doigt. Les deux étaient toujours en transe, alors que Zack tentait en vain de faire danser Kevin.

  — Moi, j'bosse dans le café en face ! sourit Candace. Joey est une cliente très fidèle.

  Mon attention se porta à nouveau sur Joey qui esquissa un timide sourire en direction de la barmaid. J'eus juste le temps d'échanger un regard avec Paolina qui en disait tout autant que le mien avant que Candace ne reprenne.

  — Et la grande gigue, là-bas, c'est mon frère, Charlie. J'ai cru comprendre que vous le connaissiez déjà ?

  — Il... euh...

  Je fronçai les sourcils, cherchant comment expliquer la situation sans trop l'expliquer. Et j'avais beau cherché, je ne trouvais pas de bonne réponse.

  — C'est surtout Rauxan qui le connait, continuai-je. Il bosse dans la supérette la plus proche de chez elle. Ils ont déjà discuté quelques fois...

  — D'accord... sourit une nouvelle fois Candace, mais ses traits dénonçaient une légère incertitude.

  — C'est compliqué, ajouta Joey.

  — Et toi, du coup ? s'interposa Angie, se tournant vers Henry.

  — Pièce rapportée, répondit Joey à sa place.

  — Sa pièce rapportée, pour être exact, enchaîna Henry en me serrant plus fort contre son côté, m'arrachant un sourire.

  — Et ton accent, c'est...

  — Ah oui, je suis anglais, répondit-il.

  — Tu vis aux Etats-Unis depuis longtemps ?

  — Je... non, je vis à Londres. Je suis là quelques jours pour un séminaire.

  — Ah d'accord, mais Aurora, tu vis aussi à Londres, du coup ?

  Je dirigeai mon regard vers Angie. Elle ne le faisait pas exprès, elle essayait simplement de faire connaissance, mais mon cher petit coeur n'aimait pas trop qu'on lui rappelle qu'il battait pour une personne quasiment inaccessible.

  Je sentis le pouce de Henry sur ma hanche tracer de petits cercles.

  — Non, je vis ici.

  — Ah d'accord ! Relation longue distance, alors. Ca n'a pas du être facile.

  Je lançais un petit sourire à Angie, et la laissait continuer de discuter avec Henry et les autres. Je ne voulais pas spécialement en parler. Je laissais mon regard se poser sur Candace, Paolina et Joey avant de le diriger vers la piste de danse.

  Un slow venait de commencer, et Zack avait embarqué Kevin vers le bar. Je vérifiais bien que ce dernier n'allait pas consommer d'alcool. Non seulement parce que je ne voulais pas qu'il désobéisse à mes directives, mais surtout parce qu'il avait déjà bien trop bu et qu'il n'était plus si loin du coma éthylique.

  Sur la piste, Asia et Rauxan dansaient tout en discutant ; très certainement de la situation dans laquelle se trouvait notre Française préférée. Nous n'avions pas eu le temps d'en parler plus que cela plus tôt dans la soirée, et cela pesait sur chacune d'entre nous. Asia, la plus âgée du groupe, était peut-être celle qui allait avoir la réaction la plus calme et posée. Même si je doutais vraiment qu'une solution allait découler de leur conversation…

  — Dawnie, tu veux un autre verre ?

  — Hm ?

  Je tournai la tête vers Henry qui me regardait avec un léger sourire. Il m'avait débarrassée de mon gobelet.

  — Ah, non, merci.

  — Ok, je vais poser ça. Et j'ai un peu faim. Je reviens. Tu veux quelque chose ?

  Je secouai négativement la tête, tandis qu'il me lançait un sourire. Je le regardai se diriger vers le bar où se trouvait quelques pizzas.

  — C'est impressionnant, non ? L'accent british rend tout plus sexy...

S'inscrire.

Plutôt mauvaisPas très bienBienTrès bienGénial

© 2020 by Maderose. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now