101 NOT FOUND

Chapitre 3 - Un arc-en-ciel dans tes yeux

  Huit. Huit personnes m'avaient déjà abordée et il n'était même pas encore minuit. Cette fois-ci, c'était sûr, certain, prouvé ! Quelque chose clochait. Zera ne pouvait qu'être d'accord.

  — Et de huit ! s'exclama Celenia, la barmaid et propriétaire du bar, en déposant devant moi un verre de gin tonic. T'es on fire ce soir, amour.

  Pour toute réponse, un grognement s'échappa de ma gorge. Avachie sur le bar, habillée d'une simple paire de jeans et d'un top beige à col bateau, je n'étais clairement pas la personne la plus sexy de l'assistance. Rien que Zera l'était plus que moi ; il fallait dire aussi qu'avec un corps et surtout une attitude comme les siens... elle était sexy même vêtue d'une grenouillère Chicken Little. Ce soir, elle portait un short noir en simili cuir qui mettait en valeur ses immenses jambes. Autant dire qu'elle avait, elle aussi, fait tourner les têtes toute la soirée.

  — J'suis on fire de rien du tout, pleurnichai-je. J'suis maudite.

  — Elle est maudite, acquiesça sans grand enthousiaste Zera, assise à côté de moi. Notre Matty pense que ce n'est pas normal qu'elle se fasse autant draguer.

  — Je vous dis que c'est pas normal.

 

  Zera et Celenia échangèrent un long regard, elles n'avaient vraiment pas l'air convaincues par ce que je leur disais. Mais on ne me la faisait pas à moi. Je savais pertinemment que je n'avais pas l'étoffe d'une serial lover. Quoi que non, c'était même pas ça. Personne ne pouvait décemment être à ce point-là courtisée. Ca contredit toutes les statistiques !

 

  Alors que Celenia allait probablement me dire que je me faisais des idées et que j'étais juste canon et qu'enfin le monde s'en rendait compte... quelqu'un vint s'assoir à côté de moi. Juste à côté de moi. Un parfum capiteux mélangé à une très forte odeur d'alcool flottait autour d'elle, et au vu de son regard vitreux, son corps devait contenir plus d'alcool que de sang à cet instant.

 

  Je lui lançai un regard vaguement outré par son intrusion dans mon espace vital. Mais franchement, j'étais tellement fatiguée de toute l'interaction sociale que j'avais subi ce soir que mon niveau d'énergie était à son minimum. Je ne pensais donc pas que mon regard eut un quelconque effet sur la jeune femme. Quoi que. À peine nos iris s'étaient-ils croisés que quelque chose changea. Pas chez moi, j'étais toujours crevée, et définitivement maudite. Chez elle.

 

  — Hey, salut... dit-elle d'une voix sensuelle qui me fit froncer les sourcils.

  — Salut... répondis-je prudemment.

  — Cette soirée est un peu naze, non ? Ça te dirait pas d'aller boire un verre autre part ?

 

  Et de neuf. Je tournai la tête rapidement vers Zera et Celenia pour leur montrer que je n'étais pas complètement folle, mais ni l'une ni l'autre ne se trouvait à proximité. Zera s'était faite abordée par un type qui essayait de l'impressionner à la table de billard, et Celenia engueulait l'un de ses nouveaux serveurs qui avait laissé boire Killy, une habituée qui n'aurait vingt-et-un ans que dans trois semaines.

 

  — Au fait, moi, c'est Ashtag.

 

  Je la fixai. Je clignai des yeux au moins dix fois, le temps de laisser passer plusieurs secondes. J'avais bien entendu ?

 

  — Ash...?

  — Je sais, je sais. Qu'est-ce que je fais dans une soirée comme celle-là ? Je me le demandais aussi, franchement. Mais depuis que j'ai croisé l'arc-en-ciel que les lumières reflètent dans tes yeux... je me dis que je ne suis pas venue pour rien.

  — L'arc-en-ciel...

 

  J'étais entrée dans un état catatonique. Elle venait bien de me dire qu'elle s'appelait Ashtag, hein ? Et que j'avais des arcs-en-ciel dans les yeux ? J'étais définitivement passée dans la quatrième dimension, là. Qu'est-ce qu'elle racontait ? Et pourquoi elle agissait comme si je devais la connaître ? J'étais certaine que je ne l'avais jamais vue... si j'avais déjà rencontré quelqu'un avec un nom comme le sien... je m'en serais souvenue.

 

  Bien que je ne lui réponde pas et la regarde avec mes yeux de merlan frits, elle continua de déblatérer sur sa vie et sur le fait que notre rencontre devait être le destin. Probablement pas. Elle se tournait régulièrement vers moi, m'empêchant de m'éclipser discrètement pour la laisser dans son délire alcoolisé, qu'elle entretenait en enchaînant les shooter – sérieusement, elle commençait à trop boire, où était Celenia ? En plus de cela, je ne pouvais pas en placer une. On aurait pu croire que si notre rencontre était le fruit de la providence, elle aurait pu, au moins, me demander mon nom... mais apparemment, elle n'en voyait pas l'utilité.

 

  Comme elle ne me laissait pas l’occasion de participer à la conversation, je me mis à la détailler du regard. Plutôt petite, très brune, elle devait avoir des origines mexicaines. Elle était vraiment très maquillée, et ses yeux ressemblaient maintenant à ceux d'un panda. Elle était plutôt jolie, mais pas vraiment mon style. Et même si son attitude et son apparence lui donnait au moins vingt-cinq ans... elle ne devait pas en avoir plus de vingt-deux. Je me demandais même, pendant un instant, si elle était bien assez vieille pour boire. Je stoppai Olive, l'une des serveuses de Celenia et lui posai discrètement la question ; celle-ci me répondit par la positive. Ashtag avait tout juste l'âge légal, mais elle l'avait.

 

  Je ne savais pas exactement combien de temps elle me tint la jambe, mais beaucoup trop longtemps à mon goût. Elle me prit en photo et en vidéo avec elle plusieurs fois, sans me demander mon avis, elle enchaînait les verres d'alcool et parlait à une vitesse... impressionnante. Le seul avantage à être coincée avec Ash, c'était que personne d'autre ne m'accostait. Certains et certaines avaient tenté, mais avaient eu la bonne idée de fuir avant de se faire happer par sa tornade de paroles.

 

  Heureusement – ou pas –, alors que Ashtag commençait à me parler du dernier magasin de vêtements qu’elle avait visité et où elle avait apparemment trouvé une véritable mine d’or, un violent fracas résonna derrière moi, obligeant chacun à se taire et à se tourner vers la raison de ce bruit. Je n'eus le temps que d'apercevoir Zera, entourée des bras d'une Celenia absolument furieuse. Un objet fin et long, a priori en bois, passa à quelques centimètres de mon visage avant de rentrer en collision avec celui de ma neuvième prétendante de la soirée. Celle-ci devait être tellement inhibée par tout l'alcool qu'elle avait ingéré qu'elle ne réagit pas immédiatement à l'impact. Pourtant, rapidement, du sang – beaucoup de sang – se mit à couler de son front le long de sa tempe. Quelques microsecondes plus tard, Ashtag s'écroulait sur le sol, inconsciente, enchevêtrée dans son tabouret de bar, une queue de billard ensanglantée gisant près d'elle.